Actualité

Outils

  • Annuaire
  • Plan d'accès
  • Contact
  • Plan du site

Appel à candidature : Doctorat en Ergonomie

Appel à candidature : Doctorat en Ergonomie

Recrutement d’un doctorant en Ergonomie au laboratoire ACTé de l’UCA pour une thèse sur « Les collaborations homme-machine de l’usine du futur : modélisation et évaluation ».

Un projet de thèse sur Les collaborations homme-machine de l’usine du futur : modélisation et évaluation est proposé en co-direction entre Fabien Coutarel au laboratoire Activité, Connaissance, Transmission, éducation (ACTé) de l’Université Clermont Auvergne et Daniel Brissaud de l’unité de recherche G-SCOP de l’Université Grenoble Alpes.

- Titre du sujet de recherche : Les collaborations homme-machine de l’usine du futur : modélisation et évaluation
- Durée de l’allocation : 36 mois
- Financement : Un contrat doctoral supportera la réalisation de cette thèse

Contexte

L’industrie du futur (ou 4.0) se caractérise notamment par la transformation numérique des systèmes de production pour atteindre un nouveau stade de flexibilité. Intégrer des robots, l’internet des objets ou un jumeau numérique par exemple doit permettre de s’ajuster plus facilement aux quantités, de maitriser les délais et la traçabilité, de diversifier l’offre produits et d’augmenter la sécurité industrielle. Il s’agit principalement de produire en petite série (personnalisation du 4.0) au coût de la grande série (informatisation du 3.0). Notre projet se place délibérément dans un environnement industriel de type 4.0, c’est-à-dire qu’il étudie les situations de travail avec des solutions numériques connectées (que nous appellerons des équipements 4.0). Ces équipements 4.0 sont utilisés à des niveaux de développement particuliers, ce qui permet de les implémenter de manière agile et/ou de potentiellement les adapter aux attendus pour l’opérateur. Si ces technologies doivent théoriquement permettre de répondre aux enjeux industriels, les conditions de leur acceptation par l’Humain, tant aux niveaux individuels, collectifs et organisationnels paraissent décisifs et trop souvent sous-estimés. La collaboration Homme-Machine doit être modélisée à l’aune des nouvelles possibilités technologiques et donc les opportunités qu’elles pourraient offrir du point de vue de l’humain, comme par exemple le développement des compétences et des capacités d’actions, la prise en compte de l’état du collaborateur dans le niveau d’automatisation, une répartition variable des fonctions entre l’homme et la machine, etc. L’accompagnement du collaborateur et de l’organisation dans la prise en charge de ces possibilités de reconfiguration du poste de travail, ou de sa nouvelle activité de travail devient primordial ; son travail s’enrichit et sa responsabilité s’accroît. La conception d’un environnement capacitant dans l’usine du futur nécessite dès maintenant des travaux qui permettront de concevoir, de simuler et d’évaluer ces premières collaborations.

Plus précisément, ce travail de thèse consistera :

  • 1) Dans un premier temps, à identifier des paramètres de dispositifs pédagogiques innovants sélectionnés par le comité de pilotage du programme LIA, qui caractérisent un ou deux projets menés dans une composante du site universitaire.
  • 2) Dans un deuxième temps, à concevoir une expérimentation afin d’en évaluer les effets, et ce, après avoir réalisé une revue de la littérature scientifique sur les paramètres choisis.

Cette thèse sera rédigée en adoptant un format de « thèse articles ».

Problématique de recherche en ergonomie

Ces équipements 4.0 existent déjà, même si leur maturité doit être renforcée. C’est la conception de leurs usages et des organisations industrielles qui les « supportent », l’accompagnement au changement, qui ont été négligés jusqu’à maintenant. Il est difficile de comprendre aujourd’hui, et d’objectiver précisément, où ces technologies peuvent créer une réelle valeur pour l’entreprise et pour l’opérateur. On ignore donc encore largement les conditions opérationnelles qui permettent d’obtenir cette valeur. Les performances de ces solutions ne sont donc pas encore comprises et doivent se construire autour de concepts divers tels que l’utilité, l’utilisabilité, la flexibilité, la productivité, la santé et le développement, la sécurité, le pilotage… L’objectif général du projet consiste à concevoir les postes de travail collaboratifs du futur où le collaborateur et la machine sont un couple uni pour une même performance dans une organisation 4.0.

Nous nous concentrons sur les situations de travail où la technologie contribue au développement du collaborateur et nous ne traiterons pas les situations de travail où la technologie pallie l’inaptitude des collaborateurs ou se substitue à lui lors des situations dangereusesii. Nous étudions plus spécifiquement les deux équipements 4.0 que sont la réalité augmentée et la robotique collaborative. L’objet spécifique de la thèse en ergonomie consistera à modéliser une relation Homme-Machine capacitante (voire développementale). Si l’ergonomie a conceptualisé les environnements capacitants pour favoriser le développement des opérateurs, on ne sait pas à ce jour :

  • concevoir une situation de travail capacitante dans une configuration Homme-Machine de l’industrie 4.0.
  • justifier l’utilité de l’équipement 4.0 et la performance du couple Homme-Machine dans une situation de travail collaborative industrielle 4.0 globale. Ainsi, nous déclinons l’objectif général de la thèse de cette manière : Caractériser les activités collaboratives capacitantes Homme-Machine sur des postes de travail 4.0 en fonction des technologies mises en œuvre, de l’organisation industrielle, des types de relations souhaitées, envisagées, etc.

Ces résultats sont donc attendus :

  • Une classification des situations de travail collaboratives Homme-Machine dans un environnement capacitant
  • Des préconisations pour la conception des environnements de travail industriels capacitants
  • Des préconisations pour la simulation et l’évaluation de la performance de la collaboration Homme-Machine 4.0 dans des conditions expérimentales Le travail théorique attendu supposera un état de la littérature internationale :
  • dans le champ de l’ergonomie et de l’ingénierie, autour du couple Homme-Machine ;
  • concernant la prise en compte du facteur humain et de l’Expérience vécue dans les projets d’automatisation ;
  • concernant les outils et méthodes de simulation de l’acceptabilité et de l’acceptation technologique par l’Humain.

Candidature

Les candidats devront attester d’une formation préalable en ergonomie de niveau Master. Parmi les compétences attendues, nous pouvons citer les compétences de : synthèse et de formalisation ; de collaboration ; d’analyse de situations de travail et de l’expérience de celles-ci ; compétences de traduction des besoins issus de l’analyse en repères de conception ; conception de scenarii de simulation.

Les candidat-e-s intéressé-e-s doivent faire parvenir par mail :

  • un CV ;
  • une lettre de motivation

Ces éléments sont à envoyer simultanément à Fabien Coutarel (fabien.Coutarel@uca.fr) et Daniel Brissaud (Daniel.Brissaud@grenoble-inp.fr).

- Appel à candidature à télécharger :

PDF - 463.1 ko