Thèse

Dynamiques partenariales des professionnels de la petite enfance et réductions des inégalités de santé


Sous la direction de Carine Simar et Didier Jourdan



Résumé

Ce travail s’inscrit dans le projet RECITS (Recherche ÉCosystémique et Interdisciplinaire d’analyse Territoriale des Stratégies de réduction des inégalités sociales de santé dans le secteur de la petite enfance). Celui-ci est porté conjointement par le laboratoire CRAPE de l’EHESP de Rennes et le laboratoire ACTé de l’Université Clermont Auvergne. Un de ses axes s’intéresse aux professionnels de la petite enfance et cherche à identifier et comprendre comment la question des inégalités sociales de sante (ISS) se décline et s'applique dans les services dédiés à la petite enfance, via les dynamiques collectives de travail qui en découlent, en y intégrant la notion de besoins fondamentaux de l’enfant (BFE). Ce projet se déroule dans 2 départements : l’Ile et Vilaine et l’Allier. Dans chacun de ces départements, 2 territoires urbains (les villes de Moulins et de Saint-Malo) et 2 territoires ruraux (les communautés de communes de Saint-Méen-Montauban et du Bocage Bourbonnais) ont été choisis pour leurs profils géographiques et socio politiques différents.
Après plusieurs années de diminution au niveau mondial, les inégalités et en particulier les inégalités sociales de santé sont à nouveau un sujet de préoccupation des politiques. En France, pour lutter contre ces inégalités de santé dès la petite enfance, les politiques publiques mettent en place plusieurs mesures. Celles ci font appel à des professionnels venant d’horizons divers et variés (médicaux, paramédicaux, sociaux, PMI, assistantes maternelles, acteurs éducatif,….).
Pour réduire les ISS, les textes internationaux préconisent de développer l’intersectorialité et les partenariats au niveau local (Porcherie et al, 2018). Mais en France, cette politique peine à se concrétiser (Porcherie et al, 2018).
Dans la perspective de réduire les inégalités sociales de santé, il est donc pertinent de s’intéresser aux dynamiques collectives de travail se nouant entre les professionnels de la petite enfance et de chercher à en comprendre le sens. On peut supposer que la construction et la configuration des dynamiques collectives de travail de ces professionnels influence la manière dont ils prennent en compte les inégalités sociales de santé et les besoins fondamentaux des enfants.
Notre recherche cherchera donc à répondre à la question suivante : en quoi les réseaux des dynamiques partenariales entre les professionnels de la petite enfance (0-6 ans) influencent-ils la prise en compte des inégalités de santé et des besoins fondamentaux des enfants à l’échelon complexe d’un territoire ?


Opération de recherche

RECITS - POTERRI



Financement

IRFSS Auvergne Rhône Alpes
 
    

Eléments biographiques

Parcours universitaire 

  • 2013 : Master 2 Santé publique et environnement option intervention en promotion de la santé (Faculté de médecine École de santé publique Université de Lorraine Nancy)
  • 2004 : Diplôme Universitaire de Gérontologie (Centre Pluridisciplinaire de Gérontologie Université de Grenoble)
  • 1998 : Diplôme Universitaire de Santé Publique (Université de Nancy)
  • 1992 : Diplôme de Statistiques appliquées à la médecine. Option épidémiologie (CESAM (Centre d’Etudes et de Statistiques Appliquées à la Médecine) Université Pierre et Marie Curie Paris)
 

Parcours universitaire 

  • Depuis 2007 : Cadre de santé formateur (IFSI Moulins Croix-Rouge)
  • 1999-2007 : Cadre de santé (CH Digoin, CH Decize et CH Château Thierry)
  • 1997-1999 : Cadre de santé formateur (Ecole d’infirmières St François d’Assise - Antananarivo Madagascar)
  • 1986-1994 : Infirmière puis coordinatrice de terrain (Médecins sans frontières)
  • 1984-1986 : Infirmière (Clinique de la défense Nanterre)