Étude de l’émergence d’un nouveau métier : l’Assistant au Projet de Vie.

Étude de l’émergence d’un nouveau métier : l’assistant au projet de vie, qui a pour objectif d’accompagner les familles ayant un enfant handicapé dans la construction et la mise en oeuvre du projet de vie de leur enfant.

Participants

Membres du laboratoire

Présentation

De nombreuses familles se trouvent démunies pour élaborer, finaliser et mettre en oeuvre le projet de vie de leur enfant handicapé. Difficile aussi pour ces familles d’affronter la puissance des institutions et dispositifs spécialisés et de réellement prendre des décisions éclairées. Dans ce contexte la fédération nationale des associations gestionnaires au service des personnes handicapées et fragiles (FEGAPEI / NEXEN) en partenariat avec plusieurs associations a mis en place à titre expérimental, le métier « d’Assistants Projet de Vie » (APV) sur sept sites nationaux (Agen, Bergerac, Bordeaux, Charleville-Mézières, Nice, Pau et Toulon). Ce métier, dont nous observons l’émergence, se développe dans une situation professionnelle peu fréquente d’intermétiers (Thomazet et Mérini, 2014 ) et a pour objectif d’accompagner les familles dans la construction et la mise en oeuvre du projet de vie de leur enfant. Pour ncela, nous questionnons la manière dont ce nouveau métier s’implante dans son contexte socio-organisationnel sous l’influence des dilemmes de métier et tensions d’intermétiers inhérents à sa fonction. Notre cadre théorique est issu d’une sociologie des organisations très qualitative et de la psychologie de l’activité. Il nous permet de littéralement monitorer l’émergence du métier dans des logiques qualitatives et quantitatives de suivi de l’activité. Cette recherche a débuté en 2016-2017 les premiers résultats devraient intervenir en 2017-2018 avec un rapport final attendu pour l’année 2019.
 

Partenariats

Financements

FEGAPEI 40 000 euros

   

Production scientifique

Productions

  • 2 ACL, 2ACTI

En savoir plus

Méthode(s) / Méthodologie(s)

Notre méthodologie comprend un volet quantitatif et un volet qualitatif s’appuyant sur des traces de l’activité réelle.
Nous avons mis en place un protocole pluriel de collecte de données composé notamment de :
• une collecte mensuelle de journaux de bord traçant l’activité quotidienne des APV nous permettant à la fois une catégorisation de cette activité (construite conjointement avec les professionnels durant les 6 premiers mois de leur prise de fonction), et le relevé quantitatif de cette activité sur 2 ans,
• une collecte de leurs outils dès le début de leur activité puis au fil du temps deviendra à terme l’occasion de concevoir une boîte à outil de l’APV,
• un relevé de leur activité partenariale en 3 ou 4 temps sur les deux ans de la recherche grâce à un outil de représentation graphique inspiré du schéma développemental de Brönfenbrenner (1979) et validé après exploration avec les APV,
• des enregistrements de l’activité réelle tournés lors d’échanges entre professionnels et lors de temps d’accompagnement des familles suivies d’entretiens d’autoconfrontations simples et croisées entre APV lors de séminaires nationaux.

Cadre(s) théorique(s)

Notre étude s’appuie d’une part sur la sociologie des organisations qui nous permet de comprendre les stratégies développées dans l’espace particulier de l’intermétier, nous nous appuyons notamment sur la théorie de l’acteur réseau et de la sociologie de la traduction de Callon & Latour. Notre étude s’appuie d’autre part sur la psychologie
ergonomique qui nous permet de comprendre le développement du métier, de ses gestes professionnels, de ses dilemmes et à laquelle nous empruntons ses techniques d’approche pour comprendre en quoi l’activité de chacun se transforme dans le collectif et en retour dans le métier d’origine.