Soutenance de Thèse : Adrien Koslowski

Publié le 5 octobre 2019 Mis à jour le 5 octobre 2019
Date
Le 24 octobre 2019 De 08:00 à 12:00
Informations complémentaires :Soutenance de thèse
Lieu(x)
INSPE Chamalières, Salle du Conseil à 8h

Adrien Koslowski soutiendra sa thèse le 24 octobre 2019 à 8h00 à l'INSPE Clermont Auvergne à Chamalières (salle du conseil)

Adrien Koslowski soutiendra sa thèse intitulée "L’Enseignement Technologique Transversal chez les enseignants de Sciences de l’Ingénieur issus de différentes spécialités : Étude de cas à propos du concept d’énergie".

Devant le jury composé de : 
  • Pascale BRANDT-POMARES , Professeure des Universités, Université Aix-Marseille, ADEF
  • Katia KOSTULSKI, Professeure des Universités, CNAM Paris, CRTD (Rapporteur)
  • Corinne MARLOT, Maître de conférences, HEP de Lausanne, ACTé
  • Ludovic MORGE, Professeur des Universités, Université Clermont Auvergne, ACTé (Co-directeur)
  • Guillaume SERRES, Maître de conférences, Université Clermont Auvergne, Laboratoire ACTé 
  • Antonietta SPECOGNA, Maître de conférences, Université de Lorraine, 2LPN (Co-directeur)
  • Abdelkarim ZAID, Professeur des Universités, Université de Lille, CIREL (Rapporteur)
 


Résumé

Cette recherche se base sur l’établissement de différents critères de flexibilité professionnelle lors du changement de prescription en 2011 par les enseignants de Sciences Industrielles de l’Ingénieur et sur la comparaison des méthodes de modélisation de l’énergie entre la Technologie et les Sciences Physiques. La méthodologie utilisée dans la thèse est basée sur l’analyse de cinq types de données d’analyse : le recueil des difficultés à enseigner des savoirs spécifiques, le recueil des difficultés spécifiques à l’enseignement de l’ETT et les raisons de ces difficultés, des enregistrements des interactions entre les enseignants et les modélisations des enseignants lors d’une simulation de séance, le recueil des difficultés de compréhension des savoirs relatifs à l’énergie des élèves et le recueil des difficultés potentielles en ETT des élèves. Les résultats montrent que les enseignants ne déclarent pas les mêmes niveaux de difficultés pour enseigner l’énergie en fonction de leur spécialité. Les élèves de STI2D déclarent des niveaux de difficultés variables vis-à-vis de l’apprentissage de l’énergie en ETT.