Les devoirs : quelles mutations entre l’école et le temps périscolaire ?

Cette recherche a pour objectif de mesurer les transformations de sens que prend l’activité « devoir » entre l’école où elle est prescrite par les enseignants et la structure d’aide aux devoirs du temps périscolaire où elle est mise en oeuvre par des animateurs. Il s’agit de prendre la mesure de la possibilité d’une zone de sens partagé qui permettrait d’envisager une collaboration entre enseignants et personnels du temps d’activité périscolaire (T APS).

Participants

Membres du laboratoire

Présentation


Le projet « Promotion de la Santé des enfants par le renforcement des Compétences » (CPS) est un dispositif de recherche intervention dans le domaine de la promotion de la santé, qui vise le développement des compétences
psychosociales des enfants de 7 à 12 ans. Il bénéficie d’un soutien financier de l’ARS Rhône-Alpes et est porté par l’IREPS Rhône-Alpes, en partenariat avec l’ESPé de l’Académie de Lyon et les rectorats de Lyon et de Grenoble.
L’intervention repose sur 3 axes :
  • La construction des actions locales avec les acteurs concernés à partir d’un diagnostic partagé des problématiques et ressources de chaque territoire,
  • La formation et l’accompagnement des équipes éducatives volontaires aux activités visant le développement des compétences psychosociales,
  • La participation à au dispositif de recherche
A partir d’une approche pluri-disciplinaire (psychologie ergonomique, psychologie sociale, sociologie), et d’une méthodologie mixte de recherche, il s’agit d’appréhender la complexité de la mise en oeuvre de ce dispositif et de
favoriser le développement professionnel par la recherche. Trois axes de recherche ont ainsi été définis et élaborés :
  • le premier vise à comprendre l’activité des professionnels (dans et hors l’Ecole) en matière de promotion de la santé
  • le second concerne l’analyse des dynamiques collectives de travail
  • le dernier vise à analyser le bien être et les compétences des jeunes.
L’accent est mis ici sur l’analyse du développement des dynamiques collectives de travail sous-tendant la mise en oeuvre de ce dispositif à l’échelon d’une région.
 

Partenariats

Financements

Financement par la mairie de Clermont-Ferrand : Enquêtes dans les écoles : (4 HT D/enquêteur et par école) x 2 enquêteurs) x 4 écoles x 4 7 € = 150 4 €
 

En savoir plus

Méthode(s) / Méthodologie(s)

Dans chacune des quatre écoles retenues, nous prévoyons de recueillir des informations nous permettant de mieux comprendre le fonctionnement de ce temps d’aide aux devoirs. Pour cela nous aurons besoin d’interviewer, selon des modalités spécifiques, différents acteurs du dispositif.
  • Le conseil des maîtres ou à défaut un ou une représentant(e) des enseignants : directeur(trice) si possible, à défaut enseignant(e)(s) qui peut(vent) communiquer les différentes pratiques de devoirs et leur évolution depuis la mise en place du temps d’activité périscolaire (TAPS) sur l’école
  • deux élèves (un du cycle 2, et un du cycle 3) qui participent à l’aide aux devoirs pour commenter leur cahier de devoirs, ou le cahier qui sert à faire les devoirs ou à les noter.
  • un animateur ou une animatrice qui encadre l’aide au devoir, dans un premier temps, nous assisterons à son temps d’activité que nous enregistrerons sur support vidéo. Puis, dans un deuxième temps nous lui demanderons de visionner et de commenter son activité.
  • Le ou la référent(e) du TAPS de l’école qui pourra nous faire part du fonctionnement de la structure qu’il (elle) dirige.
De plus, afin d’inventorier les différents types de tâches que les élèves doivent effectuer durant l’aide aux devoirs, nous collecterons auprès de chaque enseignant les devoirs demandés depuis le début de l’année (photocopies d’un cahier de devoir, d’un cahier de textes, ou des pages d’un cahier de brouillon où sont collés ou notés les devoirs…).

Cadre(s) théorique(s)

Didactique professionnelle (Pastré, 2011)
Analyse de l’activité en situation de travail (Mayen, 2012)