Du pilotage à la gouvernance, prendre en compte la qualité d’objets complexes ? Pour une méthodologie d’évaluation des actions d’éducation à la santé

Sous la direction de Laurent Gerbaud

Soutenance

Le 14 décembre 2009 à Clermont-Ferrand, devant le jury composé de : 

  • Dominique BERGER, Maître de conférences, Université Claude Bernard Lyon 1
  • Franck CHAUVIN, Professeur des Universités-Praticien Hospitalier (président de jury)
  • Alain DECCACHE, Professeur des Universités, Université catholique de Louvain (rapporteur)
  • Laurent GERBAUD, Professeur des Universités-Praticien Hospitalier, Université d'Auvergne (directeur)
  • Pierre LOMBRAIL, Professeur des Universités, Université Paris 13 (rapporteur)
  • Thierry MAILLEFAUD, Professeur des Universités, Université Paris-Sorbonne (Paris IV)
  • Emmanuel RUSCH, Professeur des Universités-Praticien Hospitalier (co-directeur)


Résumé

L’éducation à la santé est un champ récent, dont les actions, qualifiées d’objets complexes, nécessitent des évaluations. L’évaluation doit être orientée en fonction des objectifs politiques fixés, schématisés par les démarches de pilotage, de régulation ou de gouvernance, car ces démarches correspondent en réalité à des paradigmes et épistémologies différents qu’il faut expliciter. Des travaux de méthodologie d’évaluation existent dans d’autres champs plus anciens (éducation, santé, etc.) dont la revue de la littérature actualisée permet de proposer des transpositions, d’autant que l’évaluation se veut transversale et n’est propre à aucun champ. Au regard de la littérature, on dégage un concept correspondant au fait que l’évaluation consiste à mettre en évidence la qualité ou la non qualité des objets étudiés. De ce fait, il existe de premières pistes pour dégager comment évaluer les actions d’éducation à la santé, en fonction de ce que l’on définit par qualité desdites actions. Les définitions de la qualité varient en fonction des paradigmes et épistémologies sous-jacents aux objectifs politiques prédéfinis. Si l’on précise ce que l’on entend également par complexe, on peut retenir les trois principes d’Edgar Morin : dialogique, de récursion organisationnelle et hologrammatique. Ces principes permettent de sortir des logiques d’opposition binaire et linéaires généralement proposées, qui s’adaptent mal aux objets complexes en général. Par l’explicitation de concepts scientifiques, on permet ainsi de dégager une méthodologie d’évaluation des actions d’éducation à la santé, confortée par des exemples concrets.