Co-enseignement PE PLC : une innovation au service de la liaison - école-collège

Ce projet de recherche est étroitement lié à un dispositif innovant de co-enseignement croisé entre professeurs des école (PE) et professeurs des lycées et collèges (PLC) mis en oeuvre au sein des écoles et des collèges des trois Réseaux d’Education Prioritaire (REP+) clermontois. Ce co-enseignement a la particularité d’être croisé, si les PLC ont dans les classes des PE, les PE vont également co-enseigner au collège. Les inspecteurs et coordonnateurs de REP + qui pilotent cette innovation ont livré leurs interrogations aux membres du laboratoire ACT é. Ils s’interrogeaient sur les effets de ce dispositif sur les trente professeurs concernés. Permet-il de réduire les écarts entre école et collège ? Peut-il servir d’observatoire pour anticiper, pour partie, les besoins en formation liés à la mise en place du nouveau cycle 3 ?
Après un temps d’échange, les chercheurs ont proposé de traduire ces questions en délimitant deux orientations de recherche. L’une tournée vers l’identification et la catégorisation des hiatus ou sauts entre école et collège repérés à l’occasion du co-enseignement croisé. L’autre tournée vers le suivi des changements de pratiques consécutifs à la prise de conscience de ces points d’achoppement lorsque PE et PLC retournent seuls dans leurs classes. A l’issue de ce projet de recherche, les pilotes devraient mieux cerner les points d’achoppement identifiés par les professeurs, percevoir la nature des efforts engagés par les PE et les PLC pour tenter de les dépasser. Ils devraient disposer ainsi d’informations utiles à l’orientation de leurs actions de formation et à l’accompagnement des réformes en cours.

Participants

Membres du laboratoire

Présentation

Ce projet de recherche est étroitement lié à un dispositif innovant de co-enseignement entre professeurs des école (PE) et professeurs des lycées et collèges (PLC) mis en oeuvre au sein des écoles et collèges des trois Réseaux d’Education Prioritaire (REP+) clermontois. Il vise une meilleure liaison entre l’école et le collège. Ce coenseignement a la particularité d’être croisé, si les PLC vont dans les classes des PE, les PE vont également coenseigner au collège.
Les pilotes de cette innovation (inspecteurs et coordonnateurs de l’éducation prioritaire) ont fait part de leurs interrogations au laboratoire ACTé. Ils affirmaient manquer de repères pour apprécier les effets de ce dispositif sur les professeurs. S’ils percevaient les prémisses d’une prise de conscience des cultures et des normes professionnelles de chacun, ils s’interrogeaient sur les changements de pratiques qui en résultaient. Par ailleurs, ils affirmaient manquer de repères pour cibler des contenus de formation qui puissent soutenir cette expérimentation. Ils souhaitaient enfin capitaliser les effets de ce dispositif au-delà des 30 professeurs impliqués dans la mesure ou le nouveau cycle 3 (LOI n° 20 13-595 du 8 juillet 20 13) est, pour la première fois de l’histoire de notre système éducatif, partagé entre PE et PLC.
Un collectif du laboratoire ACT é a alors proposé un projet de recherche visant à produire des connaissances susceptibles d’aider les pilotes de ce dispositif. L’idée soutenue par les chercheurs est qu’une meilleure compréhension des changements de pratiques imputables au co-enseignement serait susceptible d’aider les pilotes dans leurs prises de décisions (notamment les décisions relatives à la délimitation des contenus de formation et à la manière d’accompagner le changement à venir sur le nouveau cycle 3). Deux volets seront envisagés pour traduire la sollicitation des pilotes :
Volet 1 : Le travail visera dans un premier temps à inventorier et catégoriser les hiatus (sauts, manques, obstacles, malentendus, ruptures, etc.) repérés par les PE et PLC à l’occasion du co-enseignement. Volet 2 : Il s’agira par la suite de suivre le devenir des réflexions et changements initiées suite à l’identification de ces hiatus. Projettent-ils, dès lors, de modifier leurs façons de faire ? Lorsque PE et PLC reprennent seuls leurs classes habituelles opèrent-ils des changements ? Ces changements de manière de voir, de penser et d’agir seront inventoriés et catégorisés selon leur nature avant d’être mis en tension avec les connaissances relatives aux conditions favorables à l’apprentissage des élèves.
 

Partenariats

Partenaires

ECP
Centre Alain Savary
Rectorat

Financements

Projet ICE Déposé

En savoir plus

Méthode(s) / Méthodologie(s)

L’étude sera réalisée auprès des 30 PE et PLC engagés dans le co-enseignement. A ce jour sont impliqués des PLC en Mathématiques, Français et Anglais.
Des enregistrements vidéo seront constitués afin de créer les conditions d’une confrontation des acteurs à leur activité. Les verbalisations viseront à identifier les sauts et hiatus ainsi que les changements au niveau des conceptions et des pratiques. Elles seront traitées en référence au cadre théorique du cours d’action.

Cadre(s) théorique(s)

La recherche sera menée en référence au cours d'action (Theureau, 2006). Le cadre d’analyse du cours d’action inclut des entretiens lors desquels l’acteur, confronté à l’enregistrement de son activité, la décrit, la commente et l’explicite. Un acteur invité à décrire a posteriori son activité la découpe, de manière spontanée, en unités significatives de son point de vue. Chacune de ces unités est, par hypothèse, la manifestation d’un signe. Restituer le cours d’action d’un acteur consiste à identifier ces signes de façon à rendre compte du flux permanent de significations construites en situation.