Conseil pédagogique : aider les débutants à réussir

Traditionnellement l’activité de conseil est réalisée selon une interaction duelle (un formateur, un formé) et à la suite d’une observation de séance. Cette forme d’interaction est fréquemment interrogée quant à son utilité et son efficacité (Chaliès et Durand 2000 ).
Cette opération vise à concevoir et tester un forme de conseil pédagogique centrée sur la préparation de la leçon et dont l'objectif principal est d'aider les enseignants à réussir. Il s'agira à la fois d'apprécier les effets sur les stagiaires en même temps qu'il s'agira de comprendre les conditions d'une appropriation par les formateurs de ce format de conseil.

Participants

Membres du laboratoire

Présentation


Considéré comme un dispositif incontournable pour la formation des enseignants (McIntyre, Byrd, Foxx, 1996 ; Capel, Katene, 2000 ; Sandford, Hopper, 2000 ; Stanulis, Russell, 2000 ), les pratiques de conseil ne font cependant pas consensus (Bertone, Chaliès, Clarke, Méard, 2006). Largement utilisé dans toutes les formations dites professionnalisantes sous des formes diverses, du tutorat au compagnonnage, ce dispositif est aussi largement controversée. Souvent face à des objectifs antagonistes, les formateurs sont pris au coeur de contradictions sans pouvoir envisager les effets de leurs choix.
Ainsi, le format traditionnel de la visite-conseil conduit à une centration forte sur les traits les plus visibles du travail, sur la réalisation de la séance. Ce format privilégie donc l'apport d'informations au détriment du questionnement du débutant, sur sa propre activité. Il ne permet pas facilement de suivre les conseils dans la durée. L'observation d'une séance entière, voire d'une demi-journée, n'aide pas à non plus à limiter ou hiérarchiser le nombre de conseils.

En savoir plus

Méthode(s) / Méthodologie(s)

Entretien d'autoconfrontation réalisés avec les formés et avec les formateurs.
Reconstitution, sous la forme de récits, des cours de vie relatifs à des intérêts pratiques (Theureau, 2008).

Cadre(s) théorique(s)

Cadre théorique et méthodologique du cours d'action (Theureau, 2008). Le cadre d’analyse du cours d’action inclut des entretiens lors desquels l’acteur, confronté à l’enregistrement de son activité, la décrit, la commente et l’explicite. Un acteur invité à décrire a posteriori son activité la découpe, de manière spontanée, en unités significatives de son point de vue. Chacune de ces unités est, par hypothèse, la manifestation d’un signe. Restituer le cours d’action d’un acteur consiste à identifier ces signes de façon à rendre compte du flux permanent de significations construites en situation.