Manuels scolaires et enseignement de l'histoire immédiate : contenus et usages

Analyse de la façon dont les manuels scolaires d'histoire (classes de troisième et première) traitent le chapitre sur
les conflits du monde actuel.
  • analyse du contenu, au regard de la prescription et des enjeux épistémologiques
  • analyse des usages par les enseignant-e-s, tant dans la conception de la leçon que pour sa réalisation en classe.

Participants

Membres du laboratoire

  • Carine SIMAR (ECT)
  • Corinne MERINI (ASS)

Membres extérieurs

  • Dominique BERGER (HESPER - Université Claude Bernard, Lyon 1)
  • Damien TESSIER (SENS EA3742 - Université Grenoble Alpes)
  • Alexendra LEYRIT (ECP EA4571 - Université Jean Monnet, Saint Etienne)

Présentation


Comme l’actualité le montre aujourd’hui autour de la parution des nouveaux programmes du collège, chaque réforme suscite d’importants mouvements de mécontentement, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’école, et d’autant plus lorsque que ces changements s’inscrivent aussi dans le cadre d’une refonte des enseignements. L’étude portera sur l’enseignement de l’histoire immédiate, plus précisément ce que le programme de première nomme « les nouvelles conflictualités ».
L’enseignement de l’histoire dans le secondaire est en tension entre les différentes logiques qui concourent à la l’élaboration des prescriptions : logique disciplinaire (évolutions épistémologiques), logique de la forme disciplinaire aux prises avec les évolutions didactiques et pédagogiques, logiques politiques et idéologiques (liées aux finalités civiques traditionnellement attribuées à l’histoire), voire médiatiques (chaque nouveau programme étant l’occasion, pour les tenants de ces différents pôles, de faire valoir parfois de façon virulente leurs arguments). Le programme de
première de 2010 n’a pas échappé à la règle, d’autant plus que les changements qu’il préconise touchent toutes ces logiques en même temps. Plus récemment, la réforme du collège et les nouveaux programmes entrés en vigueur en septembre 2016 ont aussi suscité de nombreux débats. Les manuels scolaires, s’ils ne préjugent pas des pratiques réelles de classe, constituent de bons supports pour étudier les évolutions et les tensions à l’oeuvre dans l’enseignement de l’histoire. D’un point de vue épistémologique, le discours des manuels, celui du texte de la leçon, mais aussi les documents iconographiques, les documents-textes, les cartes, les citations de référence, met en jeu une interprétation des événements qui ne se résument pas à l’explication historique (elle-même interprétation), mais renvoie aussi à la conception que les auteurs ont, consciemment ou non, de la place de la France dans le monde.

   

Production scientifique

Productions

  • Morand, B. (2017). Der Kalte Krieg aus der Sicht Frankreichs. Von der Teilung der Welt bis zur Aufgabe der nationalen Meistererzählung in den Geschichtsbüchern der Oberstufe. In F. K. B. Flucke & U. Pfeil (Eds.), Der Kalte Krieg im Schulbuch (pp. 267-286). Ingberg: Röhrig.

En savoir plus

Méthode(s) / Méthodologie(s)

Analyse en extériorité du contenus des manuels scolaire en vue de caractériser les traits communs et les clivages :
  • Point de vue épistémologique et historiographique
  • Point de vue didactique : analyse des démarches et outils proposés aux élèves
Analyse des usages des manuels par les enseignant-e-s :
  • Réalisation d'études de cas : choix que les enseignants ont à réaliser sur les enseignements relatifs aux attentats du 11 septembre 2001.

Cadre(s) théorique(s)

L'analyse s'appuiera sur les cadres épistémologiques, didactiques liés à l'enseignement de l'histoire mais aussi sur les cadres d'analyse de l'activité des enseignants pour rendre compte des usages.