Thèse

Conception de collaborations capacitantes homme-machines dans l’industrie 4.0


Sous la direction de Fabien Coutarel, Daniel Brissaud (Grenoble INP) et Géraldine Rix-Lièvre
 

Résumé

L’objectif principal du projet est de concevoir des postes de travail collaboratifs du futur où le collaborateur et la machine sont un couple, alliant performance et unité, au sein d’une organisation 4.0. Au vu des possibilités qu’offrent ces nouvelles technologies (notamment la cobotique et la réalité augmentée), il semble nécessaire de modéliser et de saisir les opportunités qu’elles peuvent offrir. En effet, la reconfiguration des postes de travail peut permettre à la technologie de contribuer à plusieurs changements chez l’opérateur. La nature du rapport Homme-Milieu (le développement) peut évoluer ou nous pouvons observer un accroissement des capacités d’action intégré à un rapport Homme-Milieu existant (l’apprentissage).

Les différentes technologies de l’usine du futur, telles que les cobots, pour “robots collaboratifs”, sont mises en avant comme facteur de performance pour l’organisation, mais également de sécurité et d’attractivité pour les opérateurs. Il semble néanmoins que dans la réalité des situations de travail d’aujourd’hui, l’implémentation de nouvelles technologies dans l’industrie s’accompagne de conditions défavorables pour les opérateurs environnants. Cette thèse, inscrite dans ce projet, permet de faire un état de l’Art en ce qui concerne les différents facteurs liés aux conditions d’une implémentation technologique réussie, notamment du point de vue du facteur humain et des activités de travail.

La littérature en ergonomie met en avant le caractère capacitant ou développemental comme facteur de cette réussite : avec la technologie, l’opérateur voit son activité enrichie (de nouvelles connaissances, compétences, possibilités d’action, etc…). Les différents auteurs soulignent les déterminants multiples de cette interaction/collaboration. Au-delà des facteurs individuels liés à l’opérateur, les facteurs collectifs, organisationnels et culturels semblent importants. Un des objectifs de cette thèse est donc de mettre en évidence les facteurs permettant la création de telles interactions (capacitantes ou développementales), en fonction des types d’interactions souhaitées. La définition de ces types d’interaction est également un enjeu. Ces travaux sont cruciaux car selon les souhaits des industriels ainsi que le type de collaboration souhaité entre l’humain et la machine, ils pourraient les guider, concrètement, à obtenir la meilleure situation d’implémentation technologique possible.

 

Opération de recherche

Usine du futur et futur du travail industriel : le développement humain à l'épreuve de la technologie


Eléments biographiques

Parcours universitaire

  • 2018 : Master 2 Psychologie, Ergonomie Cognitive, Innovation technologique et Facteur Humain ( ECIT-FH), Université Toulouse Jean Jaurès